Publié dans CAFFA

Caffa : les épreuves de l’admission

La phase d’admissibilité passée, vous vous inscrivez pour passer l’admission l’année suivante. Dans l’académie de Besançon, l’inscription s’opère via Pratic + et le widget CAFFA candidat, ou encore depuis la page du site académique dédiée. L inscription est ouverte dès mois de septembre.

1. Les textes de référence

La page Eduscol Certificat d’aptitude aux fonctions de formateurs académiques recense l’essentiel pour le Caffa, que ce soit l’arrêté et la circulaire des 20 et 21 juillet 2015 et les décrets relatifs aux conditions de nomination des personnels enseignants du second degré et des conseillers principaux d’éducation aux fonctions de formateur académique, et à la fonction de formateur académique exercée par des personnels enseignants ou d’éducation du second degré.

La circulaire précise l’organisation de l’examen et la nature des épreuves de la certification aux fonctions de formateur académique (structure de l’examen, nature des épreuves, les composition et fonctionnement du jury, les conditions d’inscriptions, les modalités d’organisation).

A la suite de quoi figurent les annexes 1 et 2 : Référentiel de compétences professionnelles du formateur de personnels enseignants et éducatifs et la synthèse des compétences du candidat.

Sans oublier la page académique, dont les rapports de jury

2. La nature des épreuves

L’admission comporte deux épreuves :

  • une épreuve de pratique professionnelle suivie d’un entretien ;
  • un mémoire professionnel et sa soutenance.

Ces épreuves permettent au jury de « se prononcer sur la maîtrise des compétences professionnelles attendues d’un formateur de personnels enseignants et éducatifs au regard des critères retenus (tels que précisés en annexe)« . Les candidats ayant choisi une certification avec option présentent obligatoirement l’épreuve de pratique professionnelle dans le cadre de l’option choisie : CAFFA enseignement / CAFFA numérique.

a) Les épreuves de pratique professionnelle

L’épreuve consiste, au choix du candidat, soit en :

  • une analyse de séance d’enseignement dans le cadre de l’accompagnement tel que défini dans l’article 5 de l’arrêté,
  • soit en l’animation d’une action de formation.

Dans les deux cas, l’épreuve se déroule en présence des deux examinateurs qualifiés, adjoints au jury (cf. Jury 1- Composition) : IPR, enseignant chercheur à l’Inspé. Durée : 60 à 90 minutes + 30 minutes d’entretien. Selon les académies, ce choix doit être préciser selon une date butoir à la DEC ou pour l’académie de Besançon, depuis le widget.

Article 5 – Les candidats déclarés admissibles suivent un cursus accompagné. Ce cursus comprend notamment des modules de méthodologie et d’initiation à la recherche. Ces modules peuvent, dans des conditions fixées par convention entre le recteur d’académie et le directeur de l’école supérieure du professorat et de l’éducation ou leurs représentants, donner lieu à la délivrance d’unités d’enseignement capitalisables et transférables du système européen, dit « système européen de crédits – ECTS » mentionné à l’article D. 123-13 du code de l’éducation, et, le cas échéant, à l’inscription dans des modules du master « métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation, mention pratiques et ingénierie de la formation ».

Les candidats peuvent se voir confier le tutorat d’un professeur stagiaire, d’un conseiller principal d’éducation stagiaire ou d’un étudiant inscrit en master « métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation ».

« A défaut du tutorat tel que défini ci-dessus, les candidats peuvent se voir confier des actions ponctuelles de tutorat. Pour les candidats qui, n’ont jamais exercé de telles missions au cours de leur carrière, elles sont obligatoires. Les candidats déclarés admissibles se forment en accédant aux ressources et aux formations spécifiques proposées en académie et, le cas échéant, par l’école supérieure du professorat« .

b) Le mémoire professionnel et sa soutenance

Cette épreuve mobilise le jury auquel sont adjoints les deux examinateurs qualifiés, tant pour la lecture du mémoire que pour la soutenance.

  • Le mémoire professionnel

Le mémoire professionnel, de 20 à 30 pages hors annexes, est un travail de réflexion personnelle portant sur une problématique d’accompagnement ou de formation. Il consiste en une étude de situation centrée sur une question professionnelle articulant savoirs et expériences. Il implique un engagement personnel du candidat pour réfléchir à sa pratique et l’améliorer.

Destiné à renseigner le jury sur les capacités du candidat à observer, s’informer, analyser sa pratique pour la faire progresser et communiquer par écrit, le mémoire constitue également un élément essentiel de la formation du candidat et de son développement professionnel.

Il vise à évaluer sa capacité à :

établir une problématique fondée sur un questionnement professionnel en relation avec une situation d’accompagnement ou de formation ;

– formuler des objectifs spécifiques pour traiter un problème et élaborer des hypothèses opérationnelles ;

– mettre en œuvre une démarche d’expérimentation s’appuyant sur une méthodologie rigoureuse, outillée par la recherche (observation, questionnaire, outils d’analyse, indicateurs pertinents) ;

– proposer une stratégie d’action d’accompagnement ou de formation ;

– faire état par écrit de la réflexion conduite.

  • La soutenance

Le candidat présente son mémoire professionnel (15 minutes) puis échange avec le jury (30 minutes).

Le jury apprécie la capacité du candidat à :

– se confronter à un problème, le constituer en objet d’étude et mettre en œuvre un dispositif expérimental bénéfique à l’amélioration des pratiques ;

– analyser sa pratique dans une confrontation d’expériences avec des pairs et d’autres professionnels ;

– discuter du fondement des hypothèses retenues ;

– relater la mise en œuvre d’un dispositif d’action, analyser ses difficultés, ses réussites et les évolutions professionnelles induites, envisager des prolongements.

3. La composition et le fonctionnement du jury

Le jury se réunit avant le début de la session d’examen afin d’harmoniser les critères d’évaluation retenus. Pour les épreuves d’admission, deux examinateurs qualifiés sont adjoints au jury. À l’issue des épreuves d’admission, le jury dresse la liste des candidats déclarés admis par ordre alphabétique.

4. L’évaluation

Les différentes épreuves permettent d’évaluer les compétences attendues d’un formateur dans les quatre domaines sur lesquels se fonde la certification :

  • Penser, concevoir, élaborer ;
  • Mettre en œuvre, animer, communiquer ;
  • Accompagner ;
  • Observer, analyser, évaluer.

Pour renseigner ces quatre domaines de compétence, le jury s’appuie sur la grille d’évaluation critériée (voir l’annexe 2), laquelle formule les critères observables dans chacune des épreuves et fixe quatre niveaux :

1 – Très insuffisant

2 – Insuffisant

3 – Satisfaisant

4 – Très satisfaisant

L’évaluation des compétences démontrées dans l’ensemble des épreuves se traduit par une note chiffrée sur 20. Sont déclarés admis les candidats ayant obtenu au moins 12 sur 20 et la moyenne dans chaque domaine de compétence évalué.

Le recteur délivre le certificat d’aptitude aux fonctions de formateur académique portant mention du champ professionnel du candidat.

Dans un but de simplification administrative, le recteur établit un arrêté global d’admission au certificat d’aptitude aux fonctions de formateur académique. L’extrait de l’arrêté d’admission adressé à chaque candidat admis tient lieu de certificat.

Les rapports de jury et la grille d’évaluation critériée sont deux docs à conserver près de soi au fil des épreuve.

5. Admissibilité lors d’une précédente session

Il est rappelé que, conformément aux dispositions de l’article 9 de l’arrêté du 20 juillet 2015, les candidats ayant été déclarés admissibles lors d’une session de l’examen du certificat d’aptitude aux fonctions de formateur académique gardent le bénéfice de cette admissibilité pour deux nouvelles sessions de l’examen.
Il n’est pas nécessaire que ces deux sessions suivent immédiatement celle à laquelle le candidat a été déclaré admissible. Le candidat dispose d’un délai de quatre ans après la fin de cette session pour se présenter, jusqu’à deux fois, aux seules épreuves d’admission de l’examen, y compris en cas de changement d’académie. Les candidats doivent présenter un document signé par le recteur, président du jury, attestant qu’ils ont été admissibles à l’examen du certificat d’aptitude aux fonctions de formateur académique.
Dans ce document, il est précisé que le candidat :
– n’a pas encore subi les épreuves d’admission ;
– a déjà subi ces épreuves (en indiquant la session).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.